Articles

Rencontre-conférence le 23 février 2016 sur « Bing Shen », le Singe de Feu Yang.

Singe Hiroshige

La conférence du mardi 16 février 2016 étant complète,

nouvelle rencontre-conférence
l
e mardi 23 février à 20h30

À l’occasion de la nouvelle année Chinoise ce mois-ci,
présentation de l’énergie de « Bing Shen », le Singe de Feu Yang


à l’institut de formation aux arts énergétiques chinois  « La Main du Cœur » 91, rue de Charenton, 75012. Codes : rue 72A61, esc. 7251, 1er étage gauche.
Participation : 15 euros.

Veillez à réserver votre place dans les 15 jours qui précèdent la conférence (réservation obligatoire) : merci de cliquer sur le bouton de réservation à droite sur la page d’accueil du site. 

Olivia Roy est praticienne en Feng Shui Traditionnel Chinois et en Astrologie Chinoise Ba Zi. Elle exerce depuis 10 ans, aussi bien en Europe qu’aux États-Unis.

Lors de la soirée du 23 février prochain, elle présentera cet art taoïste qui vise d’abord à l’équilibre et l’optimisation du potentiel individuel et abordera à l’occasion de la nouvelle année chinoise, l’influence de l’arrivée du Singe de Feu Yang, afin de mieux appréhender cette nouvelle énergie qui va influencer l’année 2016.

Pour en savoir plus : www.lieuxdepredilection.com
olivia.roy@lieuxdepredilection.com

© Illustration Hokusai

Nouvel An Chinois : vive la fête du Printemps !

Singe HokusaiVous avez peut être remarqué que le nouvel an « le Printemps Chinois » ne tombe pas à la même date chaque année. Les Chinois sont pragmatiques et ils suivent la nature. Ils ont donc un début d’année mobile qui est fixé soli-lunairement. Cette disposition a donné naissance au calendrier soli-lunaire chinois qui est le plus prestigieux au monde car c’est le seul qui ait su faire une parfaite synthèse des exigences solaires et lunaires apparemment irréconciliables. Il traduit rigoureusement l’année tropique, c’est-à-dire le cycle des saisons.

• Le calendrier solaire, est Yang et il fait le lien entre le Ciel et l’homme, correspond au point équidistant entre le solstice d’hiver et l’équinoxe de printemps : il donne la date du nouvel an solaire.
Il est calé sur la réalité énergétique du déplacement des planètes. Pour rappel, le 4 février de chaque année (voire le 5 exceptionnellement) a lieu la bascule énergétique de l’année solaire Chinoise, observée par les astronomes et réservé autrefois au pouvoir, aux mathématiciens et aux érudits de l’Empereur.

Ces derniers ont ainsi pu observer que le même Qi était perceptible tous les 180 ans, qu’un Qi très semblable revenait tous les 60 ans (d’où l’importance de fêter son 60ème anniversaire pour un Chinois car il retrouve le Qi de l’année de sa naissance… avec l’expérience en plus !).
Ce sont ces fameux cycles de 60 ans qui forment les cycles supérieur, médian et inférieur que nous étudions en Feng Shui Traditionnel. Ils se sub-divisent en cycles de 20 ans dont l’énergie permet de mieux comprendre la personnalité des 9 énergies qui règnent sur nos lieux.
Cette année, l’année solaire démarre le 4 FEVRIER et s’ouvre sur l’énergie du Singe de de Feu Yang « Bing Shen ».

• Le calendrier lunaire lui, est Yin, lié à la Terre. Il est réservé aux travaux agricoles (semailles, moissons, marées), et observable à l’œil nu. Elle correspond à la première nouvelle lune de l’année et est célébrée par la population. Il donne la date du nouvel an lunaire qui cette année est  le 8 février.

Donc à propos du nouvel an chinois, lunaire celui-là,  qui va être fêté partout dans  le monde, j’ai trouvé ce texte qui concerne le déroulement de la fête du Printemps. Puisse-t-il vous inspirer…!

LE PREMIER JOUR DU PREMIER MOIS LUNAIRE : le lever du jour ou les trois débuts

Ce premier jour du premier mois lunaire « yuan dan » (Yuan : « le début » et dan : « le lever du jour »), désigne non seulement le premier jour de l’année, le premier jour du premier mois mais également le début de toute une année ; raison pour laquelle ce premier jour est aussi nommé  » les  » trois débuts « . A partir du matin de ce premier jour, on honore les ancêtres avec l’expression de sa reconnaissance.

L’hommage aux ancêtres
Pendant l’hommage aux ancêtres, la famille fait des offrandes devant les tablettes des ancêtres (petites planches en bois sur lesquelles sont marquées les noms des défunts, placées sur l’autel des ancêtres) : des fruits, des gâteaux du nouvel An, des nourritures salées et sucrées et du vin. Durant cette cérémonie, sont allumés de l’encens et des bougies rouges et l’on s’incline devant les tablettes en signe de gratitude pour leur bonté, mais également en reconnaissance aux Dieux, aux parents et aux aînés.

Les vœux de la famille réunie et les présents aux enfants
Au terme de l’hommage aux ancêtres, les membres de la famille se complimentent de façon réciproque et les enfants se présentent tour à tour devant les parents : ils expriment leurs vœux, de l’aîné au plus jeune et du fils à la fille. À cette occasion, il peuvent recevoir les « Hong-Bao », ces petites enveloppes rouges et or qui contiennent les étrennes des enfants. Les « Hong-Bao » sont traditionnellement données à l’aube du jour de l’An ou après le dîner du Jour de l’An, pour souhaiter richesse et réussite.

Le rituel « de faire l’invité » (zuo ke)
Tandis que les pétards résonnent tout le long de la journée, l’après-midi et durant les deux jours suivants, il est de tradition que la famille visite ses proches, ses amis et même ses supérieurs pour présenter ses souhaits de bonne année, ce que l’on appelle « le rituel de faire l’invité ». Cette période est propice également à l’envoi de cartes de vœux aux personnes éloignées. Les enfants qui présentent leurs vœux reçoivent une orange qui symbolise le bonheur et la longévité. Les fruits sont très importants. Les clémentines, symbole de chance et de bon présage, sont servies en grande quantité, en offrandes aux divinités sur l’Autel de la maison et aux invités. Les invités peuvent donner aussi des « Hong-Bao » aux enfants s’il sont de la même famille. Ce premier jour est aussi par tradition une journée végétarienne, car le corps doit être purifié.

LE DEUXIEME JOUR DU PREMIER MOIS LUNAIRE

L’accueil du gendre
Ce deuxième jour, les vœux et les occupations de la « Fête du Printemps » se poursuivent. On continue de rendre visite aux proches et aux amis, et surtout aux parents de sa femme puisque cette journée est réservée à « l’accueil du gendre ». Ces présentations de souhaits et ces multiples visites aux proches ont pour objectif de raffermir les rapports sociétaux entre les diverses familles.

Le culte au Dieu de la fortune
Dans le but que le Dieu de la fortune accorde chance et réussite à la famille pour l’année qui commence, avec des cierges et de l’encens allumés, toute la famille prie le Dieu de la fortune. La cérémonie est couronnée par des pétards. Après une journée végétarienne, ce jour-ci, le repas est le même que celui consommé au banquet du nouvel An, le plus important dans la culture chinoise.

LE TROISIEME JOUR DU PREMIER MOIS LUNAIRE

Le mariage des souris
En ce troisième jour, la tradition veut que l’on ne perturbe aucunement les souris. Dès le matin, la famille se lève sans les troubler et dépose à leur intention des aliments aux quatre coins du foyer. Les souris peuvent grignoter dans les délicieuses réserves et les provisions de la famille. La légende indique qu’un charbonnier, recevant la visite d’une jeune fille, lui proposa de faire un déjeuner. Alors qu’elle préparait le repas, il s’aperçut qu’il y avait des griffes sur la pâte des raviolis et que les mains de la jeune fille étaient comparables aux pattes des souris. « Il s’agit d’une sorcière », pensa-t-il. Voulant lui trancher les mains, la jeune fille s’évapora comme par magie. Voulant se repentir, et persuadé que la jeune fille était immortelle, il décida avec ses amis d’offrir de la nourriture aux souris afin d’attendrir le courroux de l’immortelle. Et depuis ce jour les souris sont autorisées à grignoter librement dans les réserves des foyer, mais un jour par an. Une autre légende indique que la pluie tombera à chaque fois que l’on sortira dans l’année, si pendant les trois premiers jours de l’année on mange du riz cuit avec trop d’eau.

LE QUATRIEME JOUR DU PREMIER MOIS LUNAIRE

Le retour des dieux du foyer
Le retour des dieux tutélaires est attendu le quatrième jour. Aussi, pour les accueillir, des offrandes et des rafraîchissements seront déposés en offrande. Durant cette quatrième journée tout le monde commence à reprendre ses activités quotidiennes interrompues par les coutumes et les festivités de la fête du printemps.

LE CINQUIEME JOUR DU PREMIER MOIS LUNAIRE

Le retour aux activités quotidiennes
Si la période de la fête du printemps n’est pas terminée, le cinquième jour marque la fin des distractions et des fêtes de la commémoration du nouvel An. Ce jour-là, on retire les décorations, les emblèmes décoratifs de la maison et les occupations journalières reprennent normalement.

LE SEPTIEME JOUR DU PREMIER MOIS LUNAIRE

Le jour de l’homme : « ren ri »
Suivant les écrits ancestraux de Tung Fang So (censeur de l’empereur Wudi, Dynastie des Han de 206 avant JC à 220 après JC), les huit premiers jours de l’année sont attribués respectivement au coq, au chien, au cochon, au mouton, au bœuf, au cheval, à l’homme et aux grains.

Si un cochon (le troisième) met au monde des petits sur son jour, sa progéniture sera exemplaire, sous condition que la journée soit ensoleillée. Le septième jour du premier mois est celui de l’homme. C’est à cette date de l’année que les humains changent tous ensemble d’âge et non pas au jour de leur naissance.

Par exemple, un enfant qui vient au monde en Chine a donc déjà un an s’il est né durant le douzième mois. Il aura deux ans le septième jour du premier mois alors qu’il n’aura en vérité qu’un mois de vie sur terre. De même, dans cette journée, il est dans la coutume de dire que si le temps est clair et ensoleillé, les enfantements seront abondants durant l’année.

Pour célébrer ce jour de l’homme, sa jeunesse et sa longévité, toute la famille rassemblée autour d’un banquet « bai shou » : prier pour la longévité ) consomme des plats symboliques : notamment des nouilles, qui par leur longueur représentent ce souhait d’une longue vie. Si elles sont préparées et sautées avec de la viande et des pousses de bambou, la signification du plat aura pour sens : « nous vous souhaitons une longue vie ». Notons que le mot « bambou » est un homophone de « prier, souhaiter » et étant invariablement de couleur verte et inaltérable, il représente la jeunesse et la longévité.

La fête de la lanterne
Ce septième jour du premier mois lunaire représente la clé des fêtes de la période du nouvel An. Alors que la lune arrive dans sa première lunaison depuis la nuit de l’accession au nouvel An, on célèbre la soirée de la pleine lune en suspendant des lanternes multicolores à l’approche du soir.

Cette tradition qui prend ses sources dans l’hommage rendu au ciel, aux astres, aux étoiles et à l’Unité Suprême (tai yi), se déroulait depuis le crépuscule jusqu’au lever du jour. Les hommages étaient destinés à un monde éternel qui dépasse l’homme dans sa réalité. Ces lanternes, suspendues dans les temples en hommage au « seigneur du ciel » ou à l’Unité Suprême, devinrent avec des ornements pour honorer Bouddha, puis des décorations pour le divertissement de la cour, des invités étrangers, associant dès lors l’usage des lanternes avec la représentation d’une magnificence et d’un éclat particulier.

Actuellement, les lanternes représentent un caractère social et une occasion de fête, et elles font le bonheur des petits. L’après-midi les nombreuses lanternes multicolores rivalisent de couleurs et de représentations dans les boutiques et aux enseignes des échoppes. Carrées auparavant ou maintenant plus rondes, confectionnées en papier fin (souvent rouge), ou en tissu ou dans d’autres matières, elles peuvent représenter des animaux de l’horoscope chinois, du signe de l’année, des événements historiques, des caractères symbolisant des voeux.

Le soir, grâce au spectacle féerique de la fête des lanternes, c’est une occasion idéale pour se rencontrer et faire de nouvelles rencontres. Auparavant, les jeunes Chinois n’étaient autorisés à sortir qu’à deux occasions : le jour de la fête des pures clartés « qing ming jie » où l’on nettoyait les tombes, et à l’occasion de la fête des lanternes, où les jeunes filles pouvaient rencontrer leur futur fiancé.

© Hokusai.

Stage-découverte en Feng Shui Traditionnel Chinois à Paris, le dernier week-end d’octobre

Cette initiation se déroule à Paris le dernier week-end d’octobre.
Elle vous permettra d’apporter un nouvel éclairage sur les espaces de vie ou de travail dans lesquels vous évoluez quotidiennement, à votre insu, et de percevoir comment ils s’articulent.
Pour une meilleure mise en pratique, vous pouvez apporter le plan de votre choix pour le découvrir sous un autre angle et apprendre à mieux le connaître.

Bureau fs2Animé par Olivia Roy / Lieux de prédilection
Lieu : rue Titon 75011 (lignes 8 et 9, bus 86).
Date : le week-end du 31 octobre et 1er novembre 2015.
Horaire : de 9h30 12h30 et 13h30 à 17h30.

Réservation obligatoire : http://www.lesavoirfaire.fr/p-1182-stage-apprivoiser-un-lieu-de-vie—initiation-au-feng-shui.html